S’assurer d’apports adéquats en eau pendant l’effort est tout aussi important que de se nourrir correctement.

Principales-bonnes-raisons

Si l’alimentation nous permet ‘d’avoir les moyens de nos ambitions’, c’est-à-dire emmagasiner l’énergie nécessaire pour s’entraîner avec intensité et performer, un équilibre hydrique repoussera les risques de voir :

(en fonction du niveau atteint de déshydratation)

 

– nos performances diminuent de 10 à 30% environ

– notre sang plus visqueux, ce qui demande un effort supplémentaire au cœur

– notre capacité à réguler la température interne diminuer (par la sudation)

– notre pression artérielle potentiellement chuter drastiquement (en comparaison de notre PA individuelle au repos)

– apparaître un coup de chaleur

– l’apparition de fibrillation cardiaque

 

Voici d’ailleurs, DANS CETTE VIDÉO, une façon de vérifier SI VOUS ÉVALUEZ BIEN votre consommation d’eau à l’effort.

 

Certaines personnes vont naturellement suer plus que d’autres.  Un autre facteur important à considérer est l’environnement immédiat.

Ce dernier aura possiblement un plus ou moins grand impact sur le niveau de sudation.  S’entraîner en intérieur avec la climatisation et bouger intensément en extérieur lors d’une journée ensoleillée, chaude et avec un facteur humidex élevé faisant grimper le thermomètre dans les 40 degrés Celsius n’est pas la même chose.  Il est primordial de bien évaluer ses pertes pour s’y préparer.  On pourra ainsi prévenir autant que possible de fâcheuses voir de sévères répercussions sur la performance et la santé.

Si votre urine est bien jaune, odorante et que vous avez la bouche pâteuse et la gorge sèche, fort est à parier que vous êtes déjà déshydraté.  N’attendez pas de vous rendre là, surtout pas lors d’efforts physiques, qui plus est dans des conditions climatiques difficiles.

 

Sur ce, bon entraînement

 

 

 

 

 

Share This