12 MOIS DE DÉCOUVERTES!

 

Voici mon REPORTAGE ÉCRIT COMPLET décrivant les faits saillants de mon – AN 1 – avec la Wim Hof Method (WHM). J’ai débuté ce processus exploratoire de 12 mois par le programme E-LEARNING de 10 semaines.

Après avoir fait le protocole en ligne de la WHM, j’ai décidé d’expérimenter librement différentes façons de faire selon une PROGRAMMATION PERSONNALISÉE pendant environ 39 semaines. J’ai combiné à la fois les préceptes appris, compris et acquis de cette technique (respiration, froid, exercices) avec mes entraînements physiques réguliers.

L’OBJECTIF AU FINAL étant de mieux comprendre et d’optimiser les effets et répercussions diverses de la WHM sur mon être global : PHY-PSY-ÉMO-SPI (Physique-Psychologique-Émotionnel-Spirituel).

Bonne lecture et visionnement.

Éric

C’EST MON EXPÉRIENCE

 

Je crois d’abord essentiel de spécifier que cet article est une récapitulation qualitative de MON EXPÉRIENCE. Je n’avais tout simplement pas ici les moyens à la fois technique, le temps et l’argent nécessaire pour créer les bases d’une étude comparative rigoureuse scientifique avec des tests sur le terrain et/ou en laboratoire.

J’ai pris durant cette année d’expérimentations diverses une centaine de pages de notes manuscrites tout en vidéo documentant un nombre important de moments que j’ai jugé intéressants. J’ai pris ensuite le temps nécessaire pendant les mois de janvier à mars 2018 pour rédiger cet article complet.

17 vidéos au total sont répertoriées sur ma chaîne You Tube dans une playlist intitulée ‘’WIM HOF METHOD (mon an 1)’’.

 

L’OBJECTIF

Le but de ce partage d’informations personnelles se veut donc avant toute chose un moyen de répondre au mieux et humblement aux nombreuses questions qui me furent posées à différentes étapes de mon processus exploratoire et ce par un grand nombre d’individus. D’offrir des pistes de réflexion personnelle.

Dans l’éventualité où vous désirez avoir accès à des informations à caractère scientifique, voici 3 exemples (parmi tant d’autres) de liens à consulter :

Ce texte menant à une expérimentation entreprise avec Wim How et 2 professeurs (Otto Muzik et Vaibhav Diwadkar, University’s School of Medicine in Detroit, Michigan,). La corrélation qu’il y aurait entre le cerveau humain et la thermorégulation du corps (disponible sur le site de WH)

Cette vidéo ‘’Iceman Wim Hof: a Scientific Breakthrough’’ (disponible sur You Tube)

– Ou bien encore cet autre article à caractère scientifique ‘’Voluntary activation of the sympathetic nervous system and attenuation of the innate immune response in humans’’ (disponible sur PNAS)

Bonne lecture

 

INTENTION DERRIÈRE L’ACTION

 

Pourquoi ai-je débuté la WHM?

Commençons par le début. J’ai OFFICIELLEMENT amorcé l’aventure le vendredi 07.04.17.

 

VOICI CE QU’ÉTAIENT ALORS MES 5 PLUS GRANDES MOTIVATIONS :

– DÉVELOPPER un état d’esprit plus calme, fort et stable au quotidien

ACCROÎTRE ma capacité de concentration (pour la méditation, en entraînement, dans mon quotidien et mon travail)

– COMPRENDRE, ACCEPTER, mais aussi dépasser certaines de mes peurs profondes. Apprendre de mes craintes et les respecter; mais sans me laisser pour autant dominer par elles

AUGMENTER mon niveau d’énergie au quotidien et dans mes entraînements

– POURSUIVRE mes recherches et mes expérimentations sur la DOULEUR PHYSIQUE CHRONIQUE

Double OBJECTIF (avec la douleur chronique) : m’aider dans ma démarche personnelle. Mais aussi par ce processus exploratoire si la méthode et ses répercussions pourraient offrir de possibles solutions alternatives à partager avec certains clients dans le cadre de mon travail lors de suivis thérapeutiques

 

 

 

E-LEARNING

– 10 SEMAINES –

 

Voici un résumé de mes PENSÉESSENSATIONSSENTIMENTS (émotions) – MOUVEMENTS (actions-réactions) pendant le E-LEARNING. Le programme en ligne constituant les fondations de cette technique pour qui souhaite s’embarquer dans ce genre d’aventure exploratoire à la fois physique, psychologique, émotionnel et même, spirituel (pour certains).

 

SEM#1

Jour 1: Curieux. ANXIEUX. Fébrile.

LES PREMIÈRES 48-72 HEURES. C’est le choc des Titans! Pensées-Sensations-Sentiments (émotions)-Mouvement; beaucoup de nouveautés. Montagnes russe. Un nouvel univers intérieur et extérieur à découvrir.

Exercice de respiration (en position assise). Impressions de picotements intenses. CHALEUR. J’ai des fourmis partout (au niveau du visage, nuque, torse, bras). Je n’ai jamais rien ressenti de tel auparavant.

DORMIR! J’ai un immense BESOIN DE SOMMEIL après les séances (pour une durée de 45 à 60 minutes). Drainé physiquement, émotionnellement et mentalement.

Mais après le jour quatre, ça se semble se placer.

 

SEM#2

Je suis le programme à la lettre 6 jours par semaine. Je fais le tout dès le réveil. Comme cela, s’il se passe quelque chose pendant la journée, c’est fait.

IDÉALEMENT ASSEZ TÔT lorsque qu’il fait encore noir. C’est alors tellement calme. Reposant. Avant que la ville ne s’éveille et que les bruits ne deviennent possiblement envahissants.

PROTOCOLE HABITUEL PERSO : douche (me laver – eau froide WHM), méditation, séquence WHM (respiration, mouvements/stretching). Bon début de journée. Ça va très bien.

 

SEM#3

J’ai repoussé ma limite de rétention de la respiration; PLUS DE 3 MINUTES lors de la fin d’une expiration. Sur-pre-nant et très intense à la fois!

Sensation d’acouphènes plus forts qu’à l’habitude lors de la rétention (condition que j’ai déjà d’ordinaire depuis des années à la suite d’un spectacle musical). Ça m’a causé un peu d’anxiété.

APRÈS LES 2 PREMIÈRES SEMAINES, j’ai décidé de diminuer à 5 jours (et non 6 fois par semaine). 2 jours de repos me sont nécessaires finalement.

J’ai parfois la bouche tellement sèche. Et j’ai super soif en terminant.

 

SEM#4

5 jours par semaine (avec 2 jours de repos) semblent être un horaire optimal pour moi.

Quelques jours avec un mal de tête. Je ressens comme une barre au milieu du front. C’est bien indiqué dans le cahier de charge de la WHM ; ne surtout pas sous-estimer la puissance de ce programme et de ses effets potentiels (physique et mental). Je pousse trop? Juge mal mes efforts? FOOD FOR TOUGHTS …

Semaine du gros défi – DOUCHE FROIDE –. Le plus difficile, c’est de rester concentré. D’être calme. De ne pas se laisser envahir par les peurs. Surtout en mettant un chronomètre (COMPTE À REBOURS) sans le regarder. Ne pas savoir combien il reste de temps; c’est le pire. Et le mieux à la fois. ÇA REMET LES CHOSES EN PERSPECTIVE.

Le froid n’étant pas une agression ici; mais un enseignant. J’ai le contrôle; EN CE SENS QUE J’AI LE POUVOIR DE TOUT ARRÊTER SI BESOIN EST. La décision m’appartient. Ce n’est pas une compétition; mais un processus exploratoire personnel.

Respect, écoute, bienveillance. Trouver le juste équilibre entre l’enseignement et mes LIMITES ACTUELLES.

 

EXERCICE DE RESPIRATION en position assise jambes croisées; j’ai voulu trop en faire. Tout allait ‘’trop bien’’. J’y suis allé avec force et puissance. Ce qui m’a valu une douleur aiguë au cou. Résultat? Un genre de torticolis.

Barré pendant 2 jours. Leçon douloureuse. J’apprends.

 

 

SEM#5

Légère fatigue générale. Il semble que la combinaison de la WHM (respiration, exposition au froid, exercices physique/stretching) avec mes entraînements physiques réguliers (yoga, capoeira, musculation, vélo/course) génère trop de fatigue.

Je dois revoir mon horaire. Faire des choix. Mon total de pompes stagne. Et je régresse un peu dans mes entraînements également.

Mes phases de repos ne sont possiblement pas suffisantes et mal adaptées à ces CHANGEMENTS IMPORTANTS. Je vais diminuer de 50% environ mes entraînements habituels.

 

SEM#6

Sensation de halo pour quelques secondes en début de la respiration et de rétention sous la douche froide. Prudence. Le nerf vague au niveau du front réagit fortement au contact de l’eau froide. LE SYSTÈME NERVEUX SEMBLE TRÈS RÉACTIF. J’ai besoin de me concentrer davantage.

Pour le reste du corps, ça va très bien maintenant. Ne reste parfois que quelques petits spasmes, tremblements, et picotements lors des cycles de respiration couché sur le sol en position shavasana. Mais mon esprit reste détendu. Je n’ai plus peur. La période d’adaptation continue.

 

SEM#7

J’essaie la séquence (méditation-respiration-exposition au froid) à différents moments de la journée (MATIN-PM-SOIRÉE) pour voir s’il y a des différences pour la qualité de ma journée en termes d’état d’esprit, pour mes exercices et mon sommeil.

En ce qui concerne une exposition au froidles matins au levé et en pm semblent le mieux adapté pour moi. En soirée, quelques heures avant le dodo (avant une routine du sommeil) = GROSSE RÉACTION! Je me réveille alors la plupart du temps entre 23h et 2h ces fois-là.

Avec cette sensation de chaleur interne très intense qui me sort du sommeil. C’est arrivé les 2/3 tiers du temps (sur une dizaine d’essais). Désagréable; en ce sens que ça perturbe mon cycle de sommeil (et donc ma récupération). Mais dans un même temps intéressant; POURQUOI CETTE RÉACTION? Je n’ai pas de réponse dans l’immédiat.

Ça ne reste qu’une hypothèse corrélative (le lien entre mes expositions et l’effet de chaleur interne ressentie indiquée plus haut). Est-ce l’heure d’exposition (am-pm-soirée)? La température extérieure à ce moment d’exposition (à quel point il faisait froid; 0 à – 15 degrés Celsius en moyenne)? Mon niveau d’énergie (en fonction de ma nuit de sommeil précédente, mon niveau d’exercice de la journée, de récupération et d’entraînements)? Mon alimentation (durée entre l’exposition et mon dernier repas)? Les possibles facteurs aggravants sont nombreux.

 

MISE À JOUR (18.03.18)

 

Depuis le 27.02.18, j’ai changé mon horaire des repas de JEUNE INTERMITTENT. L’idée est de reproduire autant que possible ce qui sera lors de mon séjour à Montebello à l’occasion de ma première RETRAITE MÉDITATIVE SILENCIEUSE de 10 jours de type VIPASSANA (voir l’horaire en bas de page). J’adapte donc mon corps et mon esprit graduellement sur 30 jours.

Je suis passé de 2 repas par jour pris entre 11h et 16h (et ce depuis mon expérience débuté en janvier 2017) à 2 repas entre 7 et 12h. Depuis (fin février-mars 2018), j’ai décidé de testé de nouveau les expositions au froid plus tard dans la journée. Jusqu’ici, je n’ai pas eu le même genre de réaction de chaleur intense aux heures indiquées plus haut entre 23h et 2h (soirée à nuit suivante).

– L’élément majeur de changement se retrouve ici dans le temps écoulé entre mon dernier repas, mon exposition au froid et l’heure à laquelle je vais au lit pour lire/dormir. Le type de mes entraînements ainsi que la composition de mes repas (sans être parfaitement équivalents et calculés au gramme près) reste tout de même globalement assez similaires pour l’occasion.

Est-ce la raison qui fait que je n’ai pas ressentis cet effet de chaleur? Ou autre/s chose/s que je ne remarque pas? C’est une piste de réflexion et de recherche.

 

SEM#8

J’expérimente avec le – ICE BUCKET CHALLENGE

Juste une main. Les deux. Un pied. Les deux. Ou bien encore main-pied ou même, le visage. C’est assez surprenant comment je réagis bien. La première minute est toujours ‘spéciale’. La sensation de froid mordant et le signal du cerveau en retour est quelque chose.

Ça crée une chaleur intense dans le tronc, le cou, le visage. On dirait une surchauffe. Ça passe ensuite.

 

SEM#9

J’ai eu un choc. J’étais frigorifié jusqu’aux os pendant longtemps sans être en mesure de me réchauffer après l’exercice DÉFI sous la douche. Par la suite pendant plusieurs jours ce fut très difficile de refaire l’exercice. La peur s’était fait un chemin dans mon esprit.

LA PEUR; FASCINANT MÉCANISME DE SURVIE.

J’avais un atelier pendant le WE. La FRANKLIN METHOD. Nous y avons vu comment détendre en profondeur les muscles du visage et comment relaxer l’abdomen, les organes. Méga réactions en début de cours. Puis un relâchement presque jouissif en après-midi du corps et de l’esprit. Mon collègue avec moi ce jour-là a remarqué le changement.

 

SEM#9.1 (+ 1 semaine)

J’ai décidé de recommence la sem#9.

J’ai repris les différents protocoles de la WHM. Tout va bien. Je suppose que j’avais accumulé beaucoup de tensions des suites de ma réaction de peur. Les exercices de la Franklin Method (FM) semblent avoir porté fruit.

 

SEM#10

Je mixte certains exercices de la WHM avec la FM. Mes rétentions lors de l’exercice de respiration varient entre 3 à 5 minutes selon que je le fais à la fin d’une expiration ou inspiration. Je me sens très bien.

Ma résistance au froid a définitivement augmentée. Et j’écoute davantage mon corps. Je repousse intelligemment mes limites. J’accepte mieux les changements et les différences au quotidien.

Je me prépare physiquement et mentalement pour la semaine#11 ‘’EXTRA CUSTOMISÉE’’ que j’ai prévue.

 

SEM#11 (+ 1 semaine)

Je me fais cadeau de cet extra ‘’customisé’’.

3 GRANDES  »ÉPREUVES » sont à l’horaire avec 48h de repos entre chacune.

– Défi douche froide longue

– Le bain d’eau glacé prise #2 

– 1 heure de respiration WHM.

Je suis supervisé pour la sécurité. Mon collègue (entraîneur/thérapeute) et ami est à mes côtés pour me surveiller et être là en cas d’une réaction quelconque incontrôlable. J’apprends énormément. Formidable aventure humaine.

 

REPOS COMPLET

Après la fin de ces 12 semaines (avec les semaines # 9.1 et #11), j’ai décidé de prendre un repos complet de deux à 3 semaines (WHM + ma périodisation en entraînement comprise). Pour reprendre des forces et prendre le temps de réfléchir à tout cela.

 

EXPOSITION AU FROID

3 FACTEURS PRINCIPAUX INFLUENÇANT MA RÉSISTANCE

 

Il est fondamental d’embarquer dans ce processus entièrement. Avec l’idée de s’y plonger totalement. Corps et esprit. De valoriser le processus exploratoire au-delà des résultats potentiels attendus.

 

(1) L’état mental

Un état d’esprit calme et stable; voilà qui fit toute la différence et ce, à chacune de mes expériences (que ce soit lors des séances d’expositions au froid, de l’exercice de respiration ou des mouvements physiques). À la fois pour savoir écouter adéquatement les signaux intrinsèques du corps, mais également afin de jouir pleinement de ce moment d’expérimentation et d’apprentissage.

 

Perception et réalité

Gabor Maté discute dans son livre ‘’In the realm of hungry ghosts’’ des recherches du Dr. Bruce McEwen. À la page 375, il y indique selon ces études de quelle façon ‘’la perception d’une situation x ou y par l’individu influence en retour la réponse hormonale du stress’’.

Autrement dit, ce n’est pas temps l’élément stressant au moment de vivre l’expérience que NOTRE FAÇON DE LE PERCEVOIR et de l’interpréter qui aura une incidence sur les réactions physiologiques subséquentes.

Soit nous vivons un ‘’raz-de-marée émotionnel’’ où nous nous sentons submergé. Ou bien pourrons-nous d’une certaine manière utiliser la réponse hormonale à notre avantage (élévation du niveau de cortisol et d’adrénaline) pour augmenter nos performances et notre résistance sans laisser la situation nous dépasser. Laisser la peur et l’anxiété prendre le contrôle.

Une autre étude en cours citée dans cet article (et que je trouve fort intéressante) s’adresse aux douleurs de ce que l’on appelle  »le membre fantôme » chez des amputés. Grâce à la réalité augmentée (virtuelle), on souhaite avec ces gens réussir à tromper le cerveau pour diminuer leurs souffrances physiques résiduelles. Ça démontre en quelque sorte tout le pouvoir du cerveau; de l’imaginaire, des connections neuronales et des réponses physiologiques en retour.

Le passionnant ouvrage du neuro scientifique de l’Université de Californie (San Diego) Norman Doidge  »The Brain’s Way of Healing » parle abondamment et avec nombre d’exemples de la neuro plasticité de cet organe. C’est-à-dire que de la naissance à notre mort, nous avons le pouvoir de changer notre cerveau.

Et donc, notre ÉTAT MENTAL, notre perception; NOTRE RÉALITÉ. Fascinant!

 

(2) Le sommeil

Il n’est pas tout de dormir. C’est du moins ce dont nous fait part Charles M. Morin dans son ouvrage ‘’Vaincre les ennemis du sommeil’’ (p. 111 à 115). Le rapport entre la quantité d’heures et la qualité de ces heures passées au lit serait tout aussi essentielles.

Le psychologue, professeur et chercheur à l’Université Laval de Québec (Canada) parle d’un RATIO IDÉAL DE 85% et PLUS À ATTEINDRE ET À MAINTENIR. On divise alors ‘’le temps total de sommeil’’ (ou l’on dort) par ‘’le temps total passé au lit’’ (temps à dormir + les réveils) multiplié par 100.

 

 

3 TRUCS DE BASE POUR BIEN DORMIR 

Luminosité (favoriser la noirceur. Dormir dans une chambre sombre)

Température ambiante (confortable, ni trop chaude, ni trop froide)

Habitudes de vie avant le dodo (quelques heures avant éviter entre autres les excitants que peuvent être la télé, l’ordinateur, le cellulaire. La caféine et les boissons énergisantes)

 

Chose que j’ai remarqué lors d’une sortie CET (Cold Exposure Training) au lendemain d’une mauvaise nuit de sommeil. Presqu’à chaque fois, j’ai eu un petit mal de gorge dans les heures suivantes (et qui part en général après une bonne nuit de sommeil).

 

SIESTE

J’ai fait par le passé bon nombre d’expériences avec la sieste (aussi communément appelée en anglais Power Nap). J’ai remarqué qu’une sieste (d’une durée de 20 à 30 minutes) faite de 60 à 120 minutes environ AVANT UNE SÉANCE D’EXPOSITION AU FROID EN EXTÉRIEUR semblait m’aider. Surtout si ma nuit précédente n’a pas été optimale.

Celles-ci sont faites entre 11h30 et 14h maximum afin de ne pas interférer avec mon cycle jour-nuit. Je suis au lit vers 20h-20h30 environ. Lecture (livre papier et non un appareil électronique) puis fermeture des lumières vers 20h30-21h lorsque les signes d’endormissements se font pressants (bâillements, yeux qui ferment, tête lourde, je recommence plusieurs fois le même paragraphe).

 

(3) Manger

L’autre facteur ayant eu une grosse incidence sur ma résistance au froid; LA BOUFFE.

 

Depuis janvier 2017, j’expérimente différentes formules de ce qui est nommé le jeune Intermittent (JI).

Je ne discuterai pas ici de mes motivations pour le JI. Ce pourrait faire aisément un autre billet blogue complet. J’en parle uniquement pour que vous, chers lecteurs, ayez un maximum d’informations pour que vous compreniez bien ce que j’ai fait (et les possibles effets sur mes expérimentations avec la WHM).

 

 

La base de cette expérimentation avec le JI est celle-ci :

– Certains jours à 18-6 (18h sans manger, manger sur 6h); 2 repas par jour

– 20-4 ; 1 repas par jour 1 à 2 fois par semaine (1 jour d’entraînement, 1 jour de repos). Je ne fais plus un repas par jour depuis notre retour d’Inde-Népal à la mi-novembre 2017.

Je cuisine essentiellement mes repas à base d’aliments les plus frais et simples possibles.

 

Selon le nombre d’heures écoulées sans avoir mangé AVANT UNE SÉANCE EN CET (défi de bain d’eau glacée, douche froide longue ou bien une sortie extérieure), j’ai remarqué que ma tolérance au froid pouvait être très variable.

Me nourrir d’un repas complet (ou au minimum d’une collation équilibrée) dans l’heure voire 2 heures auparavant une épreuve me donnait l’impression de ‘’mettre du bois dans le poêle’’ pour chauffer la pièce (en l’occurrence ici mon corps des pieds à la tête). J’avais l’énergie (physique, mais aussi le mental) pour créer la chaleur interne nécessaire.

 

 

AUTRES FACTEURS

 

Voici quelques autres facteurs qui ont influencé ma résistance au froid lors de sorties en extérieur. Le même – 15 degrés Celsius peut être ressenti très différemment selon les conditions climatiques.

Le vent (calme ou venteux)

Le facteur humidex (température humide ou sèche)

La luminosité (ensoleillé ou nuageux) a fait dans certains cas pour moi une grande différence

 

PAR SOUCIS DE SÉCURITÉ

Je suggère AVANT DE SORTIR de vérifier la météo lors de sa routine préparatoire. Question d’être prêt mentalement. Mais aussi, si jamais l’état d’esprit, le sommeil ou la nourriture (ou même les 3) n’étaient pas au top de potentiellement reconsidérer un entraînement CET (Cold Exposure Training) lors d’une sortie en extérieure.

PENSE-BÊTE

EN ENTRAÎNEMENTS CET

 

(1) PLEINEMENT CONSCIENT ET PRÉSENT

Lors de vos pratiques, soyez pleinement conscient et présent. Ce qui veut dire être focus à 100% pendant une session de la WHM (exercices physiques, de respiration et d’exposition au froid). Être à l’écoute de votre corps afin de pouvoir s’adapter rapidement au besoin.

DARWIN ‘’Ce n’est pas le plus fort de l’espèce qui survit, ni le plus intelligent. C’est celui qui sait le mieux s’adapter au changement’’ (L’origines des espèces).

 

(2) LE FROID N’EST PAS CRUEL

Il n’a pas de sentiment envers vous. Il n’essaie pas de se venger; de vous punir. Le froid est le froid. Il est GLACIAL. Il est la nature. Sachez le respecter où vous pourriez vous en mordre les doigts!

Excellent enseignant; mais sa puissance est indéniable et saura vous terrasser si vous n’y prenez garde.

 

(3) L’ÉGO

L’ÉGO n’a tout simplement pas sa place ici. Ce N’EST PAS une compétition (avec vous-même ou les autres). Bienveillance, patiente et respect de soi (et de ses limites du moment) sont parmi les règles fondamentales d’une progression lente et adaptée pour un développement global sain de l’individu.

Pour compléter ce point #3, je citerai ici un passage de l’excellent ouvrage collectif de 16 professionnels  »Fibromyalgie; quand tu nous tiens! ». À la page 323, Paule Mongeau y parle alors de l’enseignant spirituel ECKHART TOLLE et de l’ÉGO. P.M. écrit  »L’égo aime s’identifier et ramasser des histoires à propos de soi. C’est son rôle. Car grâce à lui, l’illusion de séparation permet l’expérience matérielle. Cependant, trop s’accrocher à cette identité limitée fait perdre de vue le détachement nécessaire au bien-être. »

Enfin à la page 327.  »La PERSONNALITÉ ET SON ÉGO ne sont conscients que d’une faible partie de la réalité environnante. Le mental peut tenter de prévoir, de planifier, d’organiser, mais il devra un jour ou l’autre admettre qu’il ne sait rien. » Fin de citations.

 

TRANCHE DE VIE

5 DOIGTS SUR 10 DE GELÉS!

 

Le contexte

L’ÉGO, mais aussi l’INCAPACITÉ DU MOMENT à ÊTRE PLEINEMENT CONSCIENT ET PRÉSENT (les # 1 et 3 du pense-bête) m’ont valu une énorme frousse lors d’un Ice Bucket Challenge (IBC) où je me suis gelés 5 doigts sur 10. J’avais cette impression instinctive  »dans mes tripes » que quelque chose n’allait pas. Mais je suis passé outre le LANGAGE DE MON CORPS. Je n’étais pas ‘’toute là’’.

C’était 2 semaines avant notre départ en octobre 2017 pour notre périple de 28 jours. D’abord en Inde pour notre défi à vélo. Puis au Népal pour la simple découverte en vacances. Nous terminions alors près de 15 mois d’une aventure appelée ‘’Challenge SRC’’ pour amasser des dons pour la recherche sur le cancer comme bénévoles.

J’étais fatigué. Très stressé. J’effectuais l’exercice, mais j’avais la tête ailleurs. Je le faisais juste car je me ‘’sentais obligé’’ de suivre mon horaire. Je m’y étais commis; alors je devais finir ce que j’avais commencé, oui? Erreur. Dans ce cas-là, c’était dangereux. Et surtout, TRÈS STUPIDE.

 

À l’hôpital

J’ai dû me rendre à une clinique pour voir un médecin. Il m’a dit suite à son examen visuel que j’avais des brûlures au froid entre le premier et le deuxième degré. Ça prendrait du temps et de la patience pour récupérer physiquement. Mentalement, les dommages étaient plus profonds encore. LA PEUR AVAIT FAIT SON CHEMIN EN MOI.

En janvier 2018, près de 4 mois après l’incident, j’ai retrouvé ma sensitivité au toucher. Je n’ai pas de marque visuelle. Mais je reste toutefois encore sensible au froid au niveau des mains. Certainement davantage qu’à mes débuts à la fin de l’hiver 2016-2017. Surtout pour l’un de mes doigts de la main gauche ainsi qu’un pouce. Je suis chanceux dans les circonstances. Mais je me dois d’être plus prudent dorénavant.

 

 

J’AI BEAUCOUP APPRIS CE JOUR-LÀ

 

– De mon MANQUE DE RESPECT (du froid).

– De mon ‘absence mental’ pendant le défi (mon Monkey Brain prenait le dessus sur ma pleine conscience et ma capacité de jugement).

 

Infos complémentaires (IC)

IC#1. L’infirmière sur place qui compléta le travail du DOC lors de ma visite fit mention que le stress pourrait potentiellement diminuer les sensations au froid. Dans ce contexte, développer et maintenir un état d’esprit calme et stable est essentiel afin de contrôler au mieux sa réponse aux éléments stressants de l’environnement et au stress qu’est le froid.

IC#2. ‘’Eric de France’’ a discuté de mon incident avec un instructeur européen certifié WHM. L’une des possibilités envisagées de cette mésaventure serait d’avoir fait le IBC avec de la glace uniquement sans eau (comme il est indiqué de le faire dans le programme E-LEARNING). Voir plus haut dans cet article SEM#8 de mes 10 semaines avec le E-LEARNING.

Je l’avais pourtant fait ainsi (juste de la glace sans eau) bon nombre de fois sans problème. Cette fois-là cependant, mon corps a très mal réagit.

 

LE RISQUE 0

N’EXISTE PAS

 

Dans toutes pratiques sportives, entraînements quelconques ou expérimentations, il y a un risque. Prévenir ne veut pas dire diminuer à 0 le potentiel de se blesser. C’est impossible.

 

Bien évaluer

Ceci étant dit, tout l’art de l’expérimentation est de trouver le meilleur équilibre possible entre :

 

 

Les risques éventuels

VERSUS

les gains potentiels

 

 

En somme, de gérer au mieux les comportements associés visant à atteindre ses OBJECTIFS-BESOINS PERSONNELS à court-moyen-long terme.

 

Dans le cadre de cet article sur mon expérience avec la WHM, voici quelques suggestions qui visent à minimiser les risques éventuels d’entraînements extérieurs CET.

 

Vêtements de rechange-secours

Apporter avec soi des vêtements plus chauds dans son sac à dos. Surtout si on prévoie sortir des sentiers battus où on n’a pas accès à des lieux publics pour se réchauffer en cas de besoin.

 

Hand-Foot Warmer

Il existe des ‘’chauffe-mains ou pieds’’ jetables sur le marché. Il est dit que la chaleur a une durée de 6 heures. Prend peu de place. Léger. En cas de besoin en nature, c’est pratique pour les extrémités qui tendent à refroidir plus rapidement.

 

ENVIRON 40% DE LA CHALEUR

EST PERDUE PAR LA TÊTE

30% PAR LES PIEDS

 

Cellulaire

Vous êtes seul/e? Loin de la ville ou de zones habitées? Pourquoi alors ne pas avertir un proche où vous allez. Et emportez avec vous un cellulaire. Vous me pensez un peu alarmiste? Je préfère le terme prudent.

Le risque 0 n’existe pas. Mais un cellulaire comme des vêtements par exemple, ça peut changer la donne en cas de pépins lors d’une sortie CET.

Partenaire

À certains moments, j’ai tenté de repousser mes limites lors de L’EXERCICE DE RESPIRATION d’une heure ainsi que le BAIN D’EAU GLACÉ. Par soucis de sécurité, et pour avoir la tête tranquille, je me fis accompagner pour mes premiers essais.

 

 

L’EAU ET LA WHM

 

Au-delà de certaines adaptations positives de mes aptitudes physiques et mentales, la WHM m’a en plus permis d’élargir davantage l’esprit. J’ai réalisé plusieurs choses. L’une d’entre elles est en rapport à la RESSOURCE NATURELLE ESSENTIELLE QU’EST L’EAU.

Sécheresses en Californie où les agriculteurs en arrachent. Projets de barrages sur le Nil qui laisse entrevoir de possibles affrontements armés. Et Cape Town en Afrique qui a vécu des jours meilleurs.

Les exemples dans le monde sont, semble-t-il, légions.

Voici d’ailleurs de France – L’eau : scandale dans nos tuyaux – Cash investigation (intégrale) – tout chaud mise en ligne le 14.03.18. Pour les amoureux de reportage et d’enquête creusant en profondeur un sujet. Les résultats d’une année d’investigation journalistique.

 

 

Douche froide WHM

J’ai alors pensé à ce comportement; PRENDRE SA DOUCHE. Pour n’utilisez que le minimum d’eau et retirer les bénéfices de l’exposition au froid, voici un exemple de protocole tout simple (si cela ne fait pas déjà partis de vos habitudes de vie) :

 

– Se mouiller rapidement – FERMER L’EAU – Se savonner

– Se rincer 1 min à l’eau froide (on retire le bénéfices de la WHM + on se rince)

 

De petits gestes pour de grands bouleversements

(1) Et si on osait aller un peu plus loin? Pourrait-on envisager faire 50% d’exposition au froid en extérieur et 50% sous la douche d’eau froide? Lorsque la saison hivernale est au rendez-vous. Que le programme E-LEARNING de 10 semaines est terminé. Et qu’enfin le corps et l’esprit sont suffisamment synchro et apte pour cela?

Je lance humblement l’idée.

(2) Dans l’article ‘’Cape Town faces Day Zero: what happens when the city turns off the taps?’’ (The Guardian), on y relate de ces gens de la ville qui ne ‘’flush’’ plus la toilette à chaque fois. Si c’est un #1 seulement, il préserve l’eau de la cuvette.

Ils ont bien compris (par la force des choses) que chaque geste compte.

 

LES  »HORS-D’OEUVRE »

 

Tim Ferris

Voici un lien vers une page fort intéressante du site de TIM FERRIS. Descendez sur cette page et allez à  »Ice Age: Mastering Temperature to Manipulate Weight » en lien avec son livre  »The 4-Hour Body » pour une foule d’informations (en anglais) sur l’utilisation du froid en entraînement physique.

 

Moyenne de – 60 DC !

Voici en image la – Visite du village le plus froid du monde (en français) –

Voyager lors de ce reportage vidéo en Sibérie, Russie.

Avec une température autour des – 60 degrés Celsius (et d’un record à – 71.2!), on peut presque sentir le froid au travers la lentille de la caméra. Même pour un adepte de la WHM, c’est BRRRRR.

 

Conservation de l’énergie

Je dors essentiellement la fenêtre entre ouverte en hiver depuis 2017. Au grand désarroi de ma partenaire de vie 🙂

Disons que depuis ce moment où j’ai débuté le processus exploratoire de la WHM mon corps produit beaucoup plus de chaleur semble-t-il. Intéressant pour la facture de chauffage. Tout de même. Voici quelques trucs proposés dans ma circonscription (ville de Montréal, Canada) pour économiser l’énergie (et de l’$$$) lors de grands froids en saison hivernale à – 18 degrés Celsius et moins.

– Réduire de quelques degrés le chauffage entre 6 à 9h et 16h à 20h

– Reporter le lavage (sécheuse, laveuse) en dehors de ces plages horaires

– Douche moins chaude et plus courte

 

Proverbes

 »EN AVRIL, 

NE TE DÉCOUVRE PAS D’UN FIL »

 

Y’a de ces proverbes de grands-mères qui font moins de sens pour l’adepte de la Wim Hof Method. Surtout une fois la technique de mieux en mieux apprise, comprise et acquise 🙂

 

 »DONNE UN POISSON À UN HOMME, IL MANGERA UN JOUR.

APPRENDS-LUI À PÊCHER, IL MANGERA TOUTE SA VIE »

 

C’est en quelque sorte ce que m’apprend cette grande aventure avec la WHM; d’une certaine manière à pêcher. Et j’ai le souhait en retour, bien humblement je dois dire, vous partager de l’information pouvant vous permettre d’apprendre à pêcher à votre tour.

Namaste

 

TRANCHES DE VIE

 

La nature du froid m’a appris bien plus que je ne l’aurais jamais cru possible. Trois de ces apprentissages ont eu lieu lors de sorties extérieures en ville où j’étais ‘’peu vêtu’’ (t-shirt, pantalon mince ou bermudas). Résumé de ces rencontres humaines.

 

JEFF; L’HOMME DES PAYS CHAUDS

 »HEY! YOGA MAN! » C’est sa façon de me dire bonjour dorénavant.

Je me rappelle de cette première fois où nos regards se sont croisés. Il sautillait alors pour se réchauffer. Un super marché en face. L’homme demandait de l’argent aux passants. Jour magnifique, ensoleillé. Il faisait environ – 15 degrés Celsius. Il me vit peu habillé. Jeff m’arrêta du regard et me dit simplement ‘’WHY?’’ Je lui expliquai mes motivations de faire la WHM. Mes explications le convainquirent à moitié. Mon accoutrement hors saison le laissait perplexe.

Lui couvert des pieds à la tête, tentant par tous les moyens de se couvrir. Il vient de Jamaïque m’a-t-il raconté. Difficile la rue. Glacial est le froid.

 

Je croise Jeff régulièrement depuis.

On échange; des regards, des sourires, des mots, de la bouffe, de l’argent.

Lui bien couvert, et moi peu vêtu.

 

L’HOMME DE L’ÉGLISE

Je revenais de faire mon épicerie active. C’est-à-dire d’aller faire mon marché à pieds avec un sac à dos.

‘’Tu me donnes frette.’’ L’homme était à l’arrêt d’autobus. Habillé pour – 10 degrés Celsius. À sa droite, sur le sol, un sac remplis de victuailles. Cadeau pris dans un sous-sol d’église.

 

‘’Pourquoi tu fais cela? T’as pas frette?’’

J’ai un peu l’impression de vivre dans le film ‘’Le jour de la marmotte’’ (1993) avec Bill Murray.

Même regard interrogateur. Même incompréhension. Même opportunité de converser.

 

Sympathique monsieur. Nous avons parlés.

Il était maigre. Blanchâtre.

Je ne l’ai jamais revu.

 

LA FEMME DU GRAND NORD

Rue passante bien connue. Centre-ville. Heure de pointe.

Une femme visiblement intoxiquée s’approche. Elle tend la main vers moi. Me touche le bras spontanément sans demander la permission.

 

‘’HE’S NOT COLD!?’’ crie-t-elle très fort. Elle m’a touché.

Les yeux fermés, j’aurais pu imaginer la voix d’une enfant.

Je lui souris. Elle me sourit. Quelques dents seulement.

 

De petits yeux qui en ont vu.

Rides gelées qui disent la météo. Il fait bien sous 0.

Des sillons qui expriment la vie sur un visage marqué par le temps.

 

Jamais n’aurais-je pu prévoir il y a de cela un an que certaines de mes sorties CET en ville peu vêtu allaient créer ces opportunités de contacts humains. Le froid a permis cette chaleur humaine; même brève.

La nature sous 0 a fait que ces gens sont venus vers moi, curieux, désireux à leur façon de comprendre. Au-delà des aptitudes physiques améliorées, et d’une meilleure compréhension des mécanismes et gestion du stress pour un étant mental calme et stable, le développement plus en profondeur de la résonance empathique, de l’amour altruiste, de la bienveillance et de la compassion.

La réalisation de la chance que j’ai jusqu’ici dans cette existence; I’M TRULY BLESS! Je suis né dans une famille aimante. J’ai toujours eu accès à de la nourriture sans devoir me battre pour. Quelques – VRAIS AMIS/ES PROCHES – sur qui compter. Une partenaire exceptionnelle. J’ai un toit pour me réchauffer. Des vêtements. Je suis en sécurité. GRATITUDE.

Cette année avec le froid me rend plus humble. Plus respectueux. De sa puissance. De sa vérité toute simple. De ses enseignements. Pour moi; et envers ‘’l’autre.’’

 

Je vous suggère cet excellent reportage télé des FRANCS-TIREURS (PORTION ITINÉRANCE avec Dan Bigras). Le regard d’homme au franc parlé qui n’a pas peur d’utiliser les mots qu’il faut. Authentique. Sans détour.

 

EN 12 MOIS;

QU’AI-JE APPRIS?

 

– En ayant pris le temps de réfléchir, je sais davantage QUI JE SUIS

Bien que mieux se connaître reste le travail d’une vie

– J’ai pleinement retrouvé le plaisir de l’hiver

Que j’avais en moi des capacités et des forces insoupçonnées

– Un tout nouveau respect en ce qui concerne ‘’L’art du réel’’. Au-delà des livres; VIVRE. Ressentir les choses, les éléments, les gens avec ses tripes, son cœur et son âme. Oser s’exposer; être vulnérable pour ensuite recueillir l’essence de notre humanité.

Michel Onfray, dans son livre ‘’Cosmos’’ éditions J’ai Lu (2015)’’ en parle abondement. Un passage sur le peuple tzigane dans cet ouvrage de près de 700 pages m’a particulièrement marqué à propos du vécu (ce que je nomme ‘’L’art du réel’’). Ces gens forment une communauté du savoir oral et de ‘’l’avenir-présent’’ (pages 95 à 123). Ils incarnent bien la pleine conscience et la pleine présence. Ou bien cet autre exemple où il explique ce processus exploratoire de Michel Siffre, spéléologue, qui a passé 2 mois sous terre sans repère du monde moderne ni lumière pour mieux saisir, entre autres, toute l’importance vitale des cycles circadien (pages 130 à 142)

Trouver l’équilibre ’juste’ dans nos vies modernes techno n’est pas chose aisée. La vitesse, la constante sollicitation des différents médiums dans nos environnements de citadins, le désir de performance et les deadline qui demandent de faire les choses pour hier

– Qu’avoir un ami (qui est en plus comme moi entraîneur et thérapeute) pour m’accompagner lors de mes premières fois où j’ai repoussé certaines limites (bain d’eau glacé long, respiration WHM d’une heure et respiration dite chamanique) est un atout non-négligeable. Ça rassure et offre une certaine sécurité en cas de réactions diverses difficiles.

L’EXPÉRIENCE NE S’ACHÈTE PAS. Entre le savoir des livres, et le savoir vécu, il y a 2 mondes (complémentaires).

– Qu’une situation peut changer en un claquement de doigt. Que ce n’est pas parce que ça allait bien les autres fois que ça ne peut pas évoluer différemment (mes 5 doigts gelés)

– L’ÉTAT D’ESPRIT GLOBAL peut faire pencher la balance d’un côté comme de l’autre. L’HUMAIN PHY-PSY-ÉMO-SPI; ENTIER (Physique-Psychologique-Émotionnel-Spirituel)

– L’ART DE L’ÉQUILIBRE entre : mes entraînements habituels (musculation non-traditionnelle/Yoga/Capoeira/Stretching) – WHM (exercice de respiration & exposition au froid) semble être la meilleure formule pour la GESTION DES DOULEURS CHRONIQUES. Grosse amélioration

RESPECTER LA PEUR (et la douleur) pour ce qu’elle est; UN SIGNAL FORT. Écouter. Faire des choix.

– Que j’ai le droit de me tromper. Revoir le concept de RÉUSSITE vs ÉCHEC

 

Q & R

QUESTIONS RÉPONSES

 

Voici le Q & A (Questions and Answers) des questions qui me furent les plus régulièrement posées concernant mon expérience avec la WIM HOF METHOD.

 

Q. Comment as-tu exploré la méthode?

R. J’ai exploré personnellement l’exposition au froid à l’automne/hiver 2016-2017. Puis je suis tombé par hasard sur un reportage de VICE (Inside the Superhuman World of the Iceman). J’ai été séduit et curieux par cet homme qui semblait fascinant. J’ai fait ensuite des recherches sur lui, la méthode. J’ai réfléchis. Explorer son site. Puis j’ai décidé d’essayer en mars 2017

 

Q. Est-ce par le biais du site de Wim Hof?

R. Oui. J’ai fait le programme en ligne des 10 semaines (E-Learning) que j’ai transformé en 12 afin de l’adapter à mes BESOINS DU MOMENT-OBJECTIFS GLOBAUX DE VIE (entre mars et juin 2017 environ).

 

Q. Quel est le coût du programme?

R. 179 euros (du moins au moment où je m’y suis inscrit en mars 2017).

 

Q. Comment se passe la formation?

R. Tout est en ligne sur son site dans la section – E-LEARNING -.

 

Q. Quelle est la durée de ce programme?

R. Officiellement, 10 semaines. Mais il est toujours possible de l’adapter en allongeant-reproduisant certaines des semaines si le besoin s’en fait sentir.

J’ai vu qu’il y avait en plus de nouvelles options offertes en ce qui concerne les cours en ligne (section E-Learning). Je ne les ai pas expérimentés. Je suppose que se doit-être une adaptation au programme des 10 semaines selon les commentaires des internautes l’ayant fait.

 

Q. Les cours sont par vidéo?

R. Oui. Il y a une nouvelle périodisation progressive à chaque semaine. Avec des recommandations. Mais le participant peut toujours prendre plus de temps s’il le veut. Les nouvelles vidéos se débloquent sur ton compte payant une fois toutes les semaines.

 

Q. À quelle fréquence faut-il pratiquer?

R. Wim recommande au moins 5 jours par semaine. J’ai commencé à 6 pour les semaines 1-2. Puis je me suis rendu compte que j’avais besoin de 2 jours de repos (c’est personnel et pour diverses raison. Je suppose que ça peut différer selon chacun).

 

Q. Les formations sont-elles tous en anglais?

R. Oui. Enfin lorsque je l’ai fait, c’était en anglais (sans sous-titres) ou dans sa langue natale. Mais ils semblent évoluer constamment et rapidement. Peut-être y-a-t-il de nouvelles traductions disponibles. Faudrait vous renseigner.

 

Q. Une fois les vidéos visionnées (et donc le programme terminé), a-t-on toujours accès aux vidéos? Est-ce téléchargé sur notre ordinateur ou bien est-ce consultable uniquement en ligne via une connexion internet?

R. J’ai fait le test le 20.01.18.

À ce jour, j’ai toujours accès à mon compte. Et les vidéos me sont toujours accessibles. Les productions audio-visuelles peuvent-être consultées en ligne uniquement en STREAMING. Je rappelle que je me suis initiée à la WHM entre mars et juin 2017 via le programme de – E-Learning des 10 semaines.-

 

Q. Quel genre de bénéfice est possible sur le long terme?

R. La section TESTIMONIALS sur sa chaîne You Tube en parle abondement.

 

N.B.

Jamais n’ai-je reçu un quelconque incitatif (argent, déduction sur des produits dérivés/conférences/cours, commandites,  »goodies », promesses, etc.) de la marque WIM HOF METHOD. J’ai payé le montant pour le programme E-LEARNING au tout début de cette année d’expérience. Et j’ai écris ce reportage complet de janvier à mars 2018 complètement libre.

Si cet article vous a aidé d’une quelconque façon. Que vous avez aimé mon partage d’informations. Et que vous croyez que d’autres pourraient en profiter. MERCI À L’AVANCE DE LE PARTAGER. 

 

RESSENTIR LE FROID

ET LA VIE

À LA MANIÈRE D’UN HAÏKU

 

 

J’aurais encore une LONGUE LISTE DE SUJETS À ABORDER si je vous partageais l’ensemble de mes notes et de tout ce que j’ai expérimenté et appris par l’entremise de la WHM :

 

SUR L’EXERCICE DE RESPIRATION:

– Tests avec et sans musique (pourquoi, différents styles musicaux et leurs effets)

 

3 EXEMPLES :

 OM Mantra Chanting 528 Hz

– Australian Aboriginal Didgeridoo Music

– Indian Flute Meditation Music 

 

– Les différences entre la respiration par le nez ou bien par la bouche (tempo, séquences, effets)

– WHM et la technique ‘’The Oxygene Advantage’’ (pendant l’exercice, au quotidien, en entraînement)

– Postures assise jambes croisées, dos au mur et couchée (état d’esprit, tonus musculaire, le souffle)

– Une heure de respiration supervisée (et enregistrée en vidéo) de type WHM (pourquoi, effets, etc.)

– Mon exploration de la respiration dite chamanique (supervisée et enregistrée en vidéo)

 

ENTRAÎNER L’ESPRIT

– Avoir recours à la nostalgie positive pour un état mental hivernal

Entraîner l’esprit au  »NON-MOUVEMENT VOLONTAIRE » et la visualisation

 

ENTRAÎNER LE CORPS

– RÉGRESSER POUR PROGRESSER en entraînement physique et Cold Exposure Training

– Blessures, lignes de tensions physiques, sensation de froid et circulation sanguine

 

ENTRAÎNER L’ESPRIT ET LE CORPS

– Séquence mieux-être (40 min)

– Séquence de l’éveil (55 min)

– Séquence en santé globale (90 min)

 

SOMMEIL-RÉCUPÉRATION-NEURO MUSCULAIRE

– Power Nap (pourquoi, comment, durées)

– Power Nap combiné à la caféine (café noir régulier)

– Expérience  »DÉFI 30 jours sans café » 

 

ALIMENTATION

– Mes expériences avec la nourriture. Mes essais et combinaisons entre – Jeune intermittent – WHM – Entraînements physiques

– FAIM ou SOIF?

– Jeune intermittent, hydratation, sel et WHM

 

Comme vous pouvez le lire, j’ai testé un nombre important d’éléments en lien direct ou d’alternatives pouvant possiblement influencer ma pratique de cette méthode d’une façon ou d’une autre, mon quotidien et/ou mes entraînements physiques.

 

Ce complément d’informations manuscrites et vidéo de mon expérience pourraient être partagées:

– Lors d’une rencontre privée par vidéo conférence

En personne au studio

– Renseignez-vous pour de possibles rencontres de groupe

 

Je conclurai donc cet article sur mon an 1 d’expérimentations diverses avec la WHM en me risquant, bien humblement, et sans l’apprentissage qui s’impose et le soutien d’un maître, à cet ART JAPONAIS DU HAÏKU. Voici ce que ces 365 jours m’ont inspiré …

 

Contexte

Tôt un dimanche matin. Je suis au St-Viateur Bagel à Montréal. Une véritable institution du genre. Je bois un café noir assis à une table, seul, sur le bord de la fenêtre. Ma partenaire de vie dort à la maison. Elle se repose. Je suis un lève tôt; pas Mag. Musique des années 80 comme ambiance. Des inconnus aux tables. Il commence à neiger dehors.

Je revois en songe mon parcours avec la WHM.

 

‘’Respirer la vie;

Chaleur. Froid.

Oui, mais non.’’

 

Namaste

Éric

 

Share This

DÉFI 30 JOURS

Vous avez à cœur d’améliorer votre SANTÉ? Mais vous ne savez pas par où commencer? Je vous propose cette première étape toute simple avec cette ‘Remise en forme de 30 jours’.

Vous aurez accès à 15 vidéos originales en ligne regroupant les sept piliers fondamentaux du mouvement SLOW Training : (1) Respirer (2) Dormir (3) Boire (4) Manger (5) Bouger (6) Gérer son stress (7) S’entraîner. Un premier pas dans la bonne direction.

Prix unique de 19.95$. Du contenu exclusif. L’équivalent de seulement 0.67 par jour.

 

CLIQUEZ » BOUGEZ » ÉVOLUEZ!

You have Successfully Subscribed!